Egalité pour toutes et pour tous. Pas de quartier pour l’homophobie !

RASSEMBLEMENT 15H Square des ursulines – samedi 17 novembre à l’appel d’un collectif large, d’organisations politiques, syndicales et associatives

Egalité pour toutes et pour tous ! Pas de quartier pour l’homophobie!

Nous, associations, syndicats, mouvements de jeunesse, organisations et partis politiques réunis dans un collecf, nous affirmons notre combat pour l’égalité de droit et de fait entre toutes et tous et contre la peur, l’ignorance et l’intolérance.

Il y a moins d’un mois des rassemblements ont eu lieu place de la République et partout en France contre le projet de loi gouvernemental sur le mariage pour toutes et tous. Cette mobilisation, à l’appel de mouvements réaconnaires et conservateurs qu’ils soient politiques ou religieux n’est que le début d’une offensive de ceux qui se prétendent
garants de l’ordre moral. Ce sont les mêmes que nous avons combattus pour obtenir le droit à la contraception, à l’avortement, au divorce et au PACS.

Nous affirmons notre volonté de construire une société inscrite dans des valeurs d’égalité, de liberté et de laïcité. Nous clamons haut et fort notre droit à vivre librement.
C’est dans ce sens que nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens de ce département à se mobiliser pour ce combat.

– Pas de recul du gouvernement face aux pressions des réactionnaires : droit au mariage, à l’adoption et à la procréation médicalement assistée pour toutes et tous.
– Pour une égalité de droit quels que soient le genre et l’orientaon sexuelle.
– Pour une égalité de faits en menant une vraie lue contre l’homophobie dans tous les domaines.

Réunion d’information sur les suppressions de photocopies et de certains services à l’IUT

Mardi 13 novembre – 12h15 -Amphi vert

En début d’année, l’UNEF a publié nationalement une liste des universités qui pratiquaient des frais d’inscription illégaux. L’IUT était dans la liste car il obligeait jusqu’à cette année les étudiants à payer des frais supplémentaires pour obtenir du matériel pédagogique (lunettes de chimie par exemple…) mais aussi pour les photocopies et les reliures de cours. 

L’IUT a donc supprimé ces frais et appliqué les frais d’inscription définis nationalement. En contre partie, les étudiants de l’IUT devront se débrouiller à partir de l’an prochain pour se fournir le matériel car l’IUT ne prendra plus en charge ces services.

Malgré tout, ce n’est pas aux étudiants de payer la facture des déficits universitaires, si l’IUT ne peut plus prendre en charge les services de reprographies c’est justement parce qu’il est sous financé au même titre que les autres UFR de la fac. L’an dernier la fac accusait un déficit d’1,4 millions d’euros qui a été comblé par de l’argent mis en réserve mais pour l’année prochaine, le budget de tous les UFR sera réduit de plus de 800 000 euros. De fait, même si aucun poste n’est supprimé à l’université, ce sont les conditons d’étude des étudiants qui sont dégradées. 

Déjà aujourd’hui, la suppression de certaines UEL, le non remplacement des enseignants absents sont quelques exemples parmi d’autres des conséquences du manque de moyens dans l’enseignement supérieur. Malgré cette situation budgétaire difficile, l’IUP Mime (qui regroupe les étudiants en informatique) arrive à permettre à tous les étudiants les reliures et les photocopies de documents sans augmenter les frais d’inscription. La responsabilité de la suppression de ces services repose donc sur les épaules de l’IUT.

Réunion d’information sur les questions budgétaires  et les problèmes à l’IUT 

Mardi 13 novembre – 12h15 -Amphi vert

VIENS DÉBATTRE ET S’ORGANISER POUR AMÉLIORER TES CONDITIONS D’ÉTUDES !

 

Pétition contre la répression syndicale à Paris 1

A Paris 1 comme au Mans ou des étudiants de l’UNEF membre du conseil d’administration  de l’université connaissent des difficultés pour s’inscrire à la fac (ce n’est d’ailleurs pas encore réglé pour Orianne qui veut s’inscrire en L1 économie), on assiste à des difficultés de plus en plus importante pour suivre ces études tout en ayant un engagement syndicale. 

Voici, ci dessous, le texte de la pétition des étudiants poursuivis en commission disciplinaire à Paris 1, et ici pour la signer en ligne http://stop-repression-syndicale.org/spip.php?article2&var_confirm=MkckLNjL#sp2

Alors que les universités sont confrontés à de lourdes difficultés budgétaires des services entiers sont externalisés, notamment la sécurité. En lieu et place de personnels de sécurité assermentés du rectorat, des sociétés privées sont chargées de la sécurité des locaux publics des universités. La privatisation de cette mission essentielle entraîne une dégradation de la qualité du service et des violences à l’encontre des étudiants syndicalistes.

C’est ce qui s’est produit à l’Université Paris 1 qui, au travers d’une procédure bafouée, vient de réprimer quatre étudiants syndicalistes. L’un d’eux, syndiqué à l’Unef, a été condamné à 1 an d’exclusion ferme de l’Université pour motif de violence contre des personnels de l’Université, alors qu’il participait à une réunion publique destiné à promouvoir la démocratie et le suffrage des étudiants dans le cadre de l’élection présidentielle. Un autre, syndiqué à Sud-étudiant, a reçu la même condamnation avec sursis.

Ces sanctions cachent mal leur véritable intention : empêcher la liberté d’expression sur les universités.

Nous rejetons ces sanctions. La liberté d’expression est un acquis pour les étudiants et les personnels des universités et ils entendent la faire respecter.

Nous refusons de voir cette répression s’étendre à d’autres universités en France, nous exigeons qu’elle cesse là où elle a commencé, ici et maintenant, à Paris 1.

Nous demandons au Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche de mettre fin aux poursuites engagées et pour que soient débloqués des moyens d’urgence financier d’urgence pour les universités.

Nous revendiquons la relaxe immédiate pour les quatre étudiants syndicalistes de Paris 1, l’annulation de cette procédure inique et le remplacement immédiat des vigiles privés par des agents publics de sécurité pour les universités.

Réunion d’information de l’UNEF jeudi 18 octobre 12h30 Amphi ESTOURNELLE (UFR Lettres)

Participe à la réunion de l’UNEF jeudi à 12h30 à l’amphi d’Estournelles.

Le but est de faire trois choses ; discuter des problèmes que nous rencontrons dans nos filières ou dans notre quotidien, discuter du manque de moyens avec les coupes budgétaires qui sont prévus sur le budget de l’année prochaine, s’organiser ensemble pour résoudre nos problèmes et demander des moyens à la hauteur des besoins ! Les cours seront banalisés (pas de sanction si absence en cours) la durée de la réunion.

Pour plus d’informations voici le tract de la semaine Tract budget 1

N’oublies pas également que si tu as des galères de tunes en ce moment, l’UNEF t’aide à te faire rembourser tes frais d’inscription. Pour tout savoir sur cette procédure, nous tenons des tables tous les jours (sauf vendredi) en même temps que la bourse aux livres dans le hall de la BU  de 12h à 14h.

Bourses aux livres, Code civil à prix réduit…

Chaque année à la rentrée, l’UNEF organise une bourse aux livres.
Le principe de la bourse aux livres est simple. Si tu as des livres dont tu t’es servis pour tes études et dont tu n’as plus besoin, viens les déposer à la bourse aux livres et fixe un prix pour qu’ils soient vendus à d’autres étudiants. Tu vas pouvoir ainsi te faire un peu d’argent.
Si tu as besoin de livres pour tes cours, passe acheter ceux que les étudiants ont déposé, ils sont bien moins cher que sur le marché.
De plus si tu es étudiant en Droit, l’Unef vend les codes civils 2012 à 38€ au lieu de 42€ gràce à un achat de gros, c’est la dernière édition « Dalloz ».
Dans tous les cas, n’hésite pas à passer, il y a des livres pour tout le monde.
Nous sommes présents dans le hall de la BU tous les midi (12H 14H) sauf le vendredi jusqu’au 18 octobre.
Retrouve l’affiche de la bourse aux livres ici : Affiche bal + code + rfi (1)

Solidarité avec Wissem, lycéen menacé d’expulsion !

Wissem, Lycéen du Lycée Sud au Mans est menacé d’expulsion. Un rassemblement a déja eu lieu le mardi 2 octobre. Cela montre que malgré le changement de gouvernement de nombreux lycéens comme étudiants étrangers sont encore menacés d’expulsion ou en attente de papiers, alors qu’ils étudient ici à l’image des lycéens et étudiants français.

Pour qu’étudiants étrangers comme français nous ayons les mêmes droits, signez la pétition et mobilisez vous avec le Réseau Education Sans Frontière auquel l’UNEF est parti prenante. Tu peux télécharger ci dessous la pétition à signer et retourner à la FSU.

pdf_petition_de_solidarite_Wissem_sept_2012

Contre la sélection des étudiants à l’université du Maine! Solidarité!

   De nombreux étudiants refusés d’inscription à la fac !

De plus en plus d’étudiants rencontrent des refus d’inscription.
Les filières de droit, d’économie et de SPI (sciences pour l’ingénieur)
sont particulièrement touchées. L’administration se cache derrière le
manque de places, alors que la loi interdit la sélection à l’université
(Article L612-3 du code de l’éducation) !

   Fermeture des UEL cultures et sports, des services gratuits qui
deviennent payants…

Alors que l’administration faisait payer aux étudiants les UEL
sports et cultures de manière là encore totalement illégale, l’UNEF a
obtenu la mise en règle de l’université. Des UFR font alors un chantage
aux étudiants : soit les options et les services sont supprimés
(comme à l’IUT), soit les facs prennent dans la poche des étudiants
l’argent que l’Etat leur refuse pour fonctionner.

   La faute aux manques de budgets des universités

Tous ces problèmes ont une même cause : le manque de
moyens alloués à l’université. L’an passé, l’université du Maine subissait
un déficit de 1,4 millions d’euros à cause des restrictions. Le
ministère la force aujourd’hui à réduire ce déficit en supprimant ses
dépenses ! Résultat : des filières qui rejettent des étudiants et une
menace de fermeture sur de plus en plus de parcours.

   Les étudiants ne doivent pas servir de variable d’ajustement !

Ce ne sont pas aux étudiants de payer les conséquences de
l’austérité ! Tout étudiant doit pouvoir s’inscrire dans la filière de son
choix et se voir proposer un large panel de parcours et d’options.
Pour résoudre nos problèmes, pour que tout le monde puisse s’inscrire
et que les UEL et services aux étudiants soient rétablis, mettons
en place un rapport de force collectif et massif. Mobilisons nous!

   Double peine pour les étudiants étrangers

Comme d’habitude, à l’université, les plus précaires
d’entre nous sont toujours les premières victimes de la sélection : pour
un étudiant étranger, un problème d’inscription entraîne
souvent un problème de titre de séjour et donc un
risque d’expulsion.
Etudiant français, étudiants étrangers, solidarité !

Signez la pétition et…
venez nombreux au rassemblement :
jeudi à 13h devant les bâtiments de droit-éco !
Si tu connais des étudiants qui ont des problèmes d’inscription, ou si ta filière, ton parcours est menacé, ou si tu veux plus d’infos, contacte-nous :
Orianne 06 71 59 11 25 / unef.lemans@gmail.com

Pour télécharger le Tract inscriptions avec la pétition ou l’Affiche inscription cliquez dessus !