Egalité pour toutes et pour tous. Pas de quartier pour l’homophobie !

RASSEMBLEMENT 15H Square des ursulines – samedi 17 novembre à l’appel d’un collectif large, d’organisations politiques, syndicales et associatives

Egalité pour toutes et pour tous ! Pas de quartier pour l’homophobie!

Nous, associations, syndicats, mouvements de jeunesse, organisations et partis politiques réunis dans un collecf, nous affirmons notre combat pour l’égalité de droit et de fait entre toutes et tous et contre la peur, l’ignorance et l’intolérance.

Il y a moins d’un mois des rassemblements ont eu lieu place de la République et partout en France contre le projet de loi gouvernemental sur le mariage pour toutes et tous. Cette mobilisation, à l’appel de mouvements réaconnaires et conservateurs qu’ils soient politiques ou religieux n’est que le début d’une offensive de ceux qui se prétendent
garants de l’ordre moral. Ce sont les mêmes que nous avons combattus pour obtenir le droit à la contraception, à l’avortement, au divorce et au PACS.

Nous affirmons notre volonté de construire une société inscrite dans des valeurs d’égalité, de liberté et de laïcité. Nous clamons haut et fort notre droit à vivre librement.
C’est dans ce sens que nous appelons toutes les citoyennes et tous les citoyens de ce département à se mobiliser pour ce combat.

– Pas de recul du gouvernement face aux pressions des réactionnaires : droit au mariage, à l’adoption et à la procréation médicalement assistée pour toutes et tous.
– Pour une égalité de droit quels que soient le genre et l’orientaon sexuelle.
– Pour une égalité de faits en menant une vraie lue contre l’homophobie dans tous les domaines.

Réunion d’information sur les suppressions de photocopies et de certains services à l’IUT

Mardi 13 novembre – 12h15 -Amphi vert

En début d’année, l’UNEF a publié nationalement une liste des universités qui pratiquaient des frais d’inscription illégaux. L’IUT était dans la liste car il obligeait jusqu’à cette année les étudiants à payer des frais supplémentaires pour obtenir du matériel pédagogique (lunettes de chimie par exemple…) mais aussi pour les photocopies et les reliures de cours. 

L’IUT a donc supprimé ces frais et appliqué les frais d’inscription définis nationalement. En contre partie, les étudiants de l’IUT devront se débrouiller à partir de l’an prochain pour se fournir le matériel car l’IUT ne prendra plus en charge ces services.

Malgré tout, ce n’est pas aux étudiants de payer la facture des déficits universitaires, si l’IUT ne peut plus prendre en charge les services de reprographies c’est justement parce qu’il est sous financé au même titre que les autres UFR de la fac. L’an dernier la fac accusait un déficit d’1,4 millions d’euros qui a été comblé par de l’argent mis en réserve mais pour l’année prochaine, le budget de tous les UFR sera réduit de plus de 800 000 euros. De fait, même si aucun poste n’est supprimé à l’université, ce sont les conditons d’étude des étudiants qui sont dégradées. 

Déjà aujourd’hui, la suppression de certaines UEL, le non remplacement des enseignants absents sont quelques exemples parmi d’autres des conséquences du manque de moyens dans l’enseignement supérieur. Malgré cette situation budgétaire difficile, l’IUP Mime (qui regroupe les étudiants en informatique) arrive à permettre à tous les étudiants les reliures et les photocopies de documents sans augmenter les frais d’inscription. La responsabilité de la suppression de ces services repose donc sur les épaules de l’IUT.

Réunion d’information sur les questions budgétaires  et les problèmes à l’IUT 

Mardi 13 novembre – 12h15 -Amphi vert

VIENS DÉBATTRE ET S’ORGANISER POUR AMÉLIORER TES CONDITIONS D’ÉTUDES !